La méditation en pleine conscience

La méditation en pleine conscience ou Mindfulness, est définie comme « le fait de porter son attention sur le moment présent, avec intention, sans jugement de valeur, sur l’expérience de l’instant présent, moment après moment ».  Jon Kabat-Zinn

Pour Christophe André, il s’agit de s’arrêter et observer, les yeux fermés, ce qui se passe en soi (sa propre respiration, ses sensations corporelles, le flot incessant des pensées) et autour de soi (sons, odeurs,…). Seulement observer, sans juger, sans attendre quoi que ce soit, sans rien empêcher d’arriver à son esprit, mais aussi sans s’accrocher à ce qui y passe.

La méditation consiste à nous apprendre à nous relier à notre expérience, sans objectif de réussite, sans chercher à changer.

Il s’agit avant tout d’un art de vivre, de passer du mode « faire » au mode « être ».

 

Contexte de développement de la pratique

La pratique de la méditation en pleine conscience puise son origine dans la culture orientale et plus précisément de la tradition bouddhique. Dans les programmes utilisant la méditation en pleine conscience, la méditation bouddhiste est adaptée, sans aspect religieux. C’est une pratique laïque.

Jon Kabat-Zinn, chercheur en médecine américain, est le premier à avoir importé la méditation de pleine conscience à la psychologie scientifique et lui avoir donné son rayonnement actuel et permis sa reconnaissance. Il a développé un programme, le Minfulness-Based Stress Reduction (MBSR), destiné à réduire le stress et à apprendre à gérer de façon autonome les soucis.

Zindel Segal, docteur en psychologie et professeur de psychiatrie, a par la suite, adapté ce programme et développé le programme Mindfulness Based Cognitive Therapy (MBCT) pour en faire un programme de prévention de la rechute dépressive. Ce programme a pour but d’aider les personnes à changer leur relation aux pensées, aux sentiments et aux sensations corporelles qui contribuent aux ruminations, au mal-être et  à la rechute dépressive.